Menu

Inspirez-vous

Le début de la colonisation

L’histoire de Baie-Saint-Paul remonte à 1678. Premières familles souche du coin, les Simard et les Tremblay se comptent ici par centaines. Encore aujourd’hui, elles constituent près du tiers de la population locale. Pas surprenant que l’Association des Tremblay du Canada ait érigé un monument à leur mémoire juste à côté du carrefour Culturel Paul-Médéric.

La plupart des terres appartiennent alors à la Compagnie des Cent puis à Mgr de Laval, évêque de Québec. C’est à Noël Simard dit « le Lombrette » qu’on confie les premiers défrichements en vue de la construction d’une ferme et de deux moulins; un pour le blé, un autre pour le bois. En 1679, Pierre Tremblay amorce la construction des moulins et exploite une première terre dans le secteur de l’actuel centre éducatif Saint-Aubin. L’un de ses fils – aussi appelé Pierre – deviendra d’ailleurs dès 1710 « seigneur des Éboulements ».

En 1759, coup de théâtre : une importante flotte de l’armée anglaise remonte le fleuve et s’amène à la conquête des terres, obligeant les habitants de l’Isle-aux-Coudres et de Petite-

Rivière-Saint-François à se retrancher vers Baie-Saint-Paul. Le 4 août, les Anglais débarquent « en ville » et sont accueillis par un important contingent de miliciens composés d’une centaine d’Abénakis, le sieur de Montcalm en tête. Ceci n’est pas pour dénigrer cela mais on dit que le cri des corbeaux – apparenté au cri de guerre des Amérindiens – aurait fait prendre aux Anglais la poudre d’escampette.

Pour prendre le pouls et imaginer un peu ce que les Anglais ont vu et entendu en ce jour de l’été 1759, rendez-vous sur « le Cap aux Corbeaux » et faites une halte au belvédère de Baie-Saint-Paul (route 362 direction Éboulements). Ce que vous verrez là est rien de moins que spectaculaire. Selfie garanti!

Découvrir d'autres inspirations
Une ville vibrante, à tout moment de l'année
Visiter