Baie-Saint-Paul

Inspiration du moment

Inspiration du moment

Un simple passage devient mémorable...

En famille, en couple ou entre amis, les multiples activités à faire à Baie-St-Paul sont propices à des souvenirs impérissables. Le dynamisme se voit au coeur d'une vie rurale et urbaine et c'est ce qui fait de la ville un endroit de découvertes incomparables.

Le Massif de Charlevoix

Le Massif de Charlevoix

Baie-Saint-Paul, destination 4 saisons ? Oh yeah ! Des montagnes, ce n’est pas ça qui manque autour de sorte que quand vient l’hiver, la jolie capitale culturelle se transforme en paradis pour les amateurs de glisse. C’est là qu’une visite au Massif de Charlevoix s’impose.

Vous est-il souvent arrivé de faire une première descente sans même avoir à utiliser une remontée ? Au Massif de Charlevoix, l’arrivée se fait par le sommet où on ne peut que s’incliner devant tant de majesté, le Saint-Laurent à ses pieds.

En moins de deux, nous voilà skis au pieds, prêts à s’élancer dans l’une des 52 pistes et sous-bois de la station affichant le plus haut dénivelé à l’est des Rocheuses canadiennes. En prime, les secteurs hors-piste offrent souvent de la poudreuse jusqu’aux genoux. Il faut savoir que le Massif de Charlevoix reçoit chaque année plus de 600 cm de neige naturelle ce qui fait que les conditions de glisse y sont exceptionnelles. Dans le secteur du Mont Ligori, le backcountry a la cote – on s’offre le guide – avec des tracés ouverts pour plus de virages, plus de variations dans le choix de lignes et un degré de difficulté fort intéressant. Pas envie de skier ? On s’offre la piste de luge de 7,5 km filant en méandres jusqu’au fleuve.

Entre deux descentes, direction chalet du sommet où le panorama est idyllique. Par temps clair, les îles se dessinent sur l’horizon fluvial tandis qu’à l’est, on peut admirer toute la beauté de l’Isle-aux-Coudres paisiblement ancrée au beau milieu d’un fleuve que les gens appellent ici la mer. Une petite faim ? Ici le chef cuisine santé. Pas de friture, que du bon !

Le Massif offre un domaine skiable parfait pour tous les calibres. Tout l’hiver, l’ambiance est incomparable avec des événements qui traversent le temps comme le Reggae Bash Splash ou la fête du Grand Duc en avril. On surveille le calendrier et on ne rate surtout pas ses après-skis survoltés tout en musique. Ici, le spectacle est gratuit !

Le Massif de Charlevoix
Le Massif de Charlevoix
Le Massif de Charlevoix
© Parc national des Grands-Jardins
Le parc des Grands-Jardins

Le parc des Grands-Jardins

Pas nécessaire de toujours plonger dans l’hiver. On peut aussi l’escalader. Le parc national des Grands-Jardins est un îlot du Grand nord québécois accessible via Saint-Urbain, la belle voisine de Baie-Saint-Paul. Ce parc majestueux propose des aventures nordiques à l’état pur. Envie d’essayer?

Avec ses 310 km carrés, le parc national des Grands-Jardins constitue l’une des aires centrales de la Réserve mondiale de la biosphère de Charlevoix. Le territoire est habité par une faune sympathique autant que photogénique. C’est entre autres le pays des caribous forestiers et du tétras du Canada, son animal emblématique.

Le paysage est fait de vallées enneigées, de caps rocheux et de sommets dénudés. L’hiver, on vient y parcourir les 64 kilomètres de sentiers de raquette et les nombreuses pistes de ski nordique à travers des forêts d’épinettes majestueuses. On profitera du refuge du Lac Pointu pour se réchauffer un brin près du feu.

Parmi les sentiers de raquette les plus populaires, on craque pour le Pioui, le Gros Pin et la Chouenne. Ce dernier permet l’ascension du Mont-du-lac-des-Cygnes qu’on grimpe jusqu’à son sommet assez facilement en autant qu’on reprenne un peu son souffle en contemplant le paysage. Au sommet, la vue à 360 degrés est spectaculaire. Malgré la neige, il est possible d’y voir l’impact de la chute d’une météorite il y a 360 millions d’années soit la formation d’un cratère de 54 km de diamètre et des rebondissements spectaculaires dont les fameux monts des Éboulements, droit devant.

À quelques kilomètres à peine de Baie-Saint-Paul, le secteur Pied-des-Monts est le plus accessible. Plusieurs sentiers partent directement d’ici. À 400 mètres du stationnement – à parcourir en raquettes – on peut même monter sa tente pour un petit camping d’hiver. Même chose du côté de l’Étang Malbaie où il faudra toutefois parcourir 3,5 km en raquette avant d’y arriver. À cet endroit, on peut aussi profiter des plaisirs de la pêche blanche. Pour cela, il faudra toutefois attendre jusqu’en février.

© Parc national des Grands-Jardins
Le parc des Grands-Jardins
© Parc national des Grands-Jardins
Le parc des Grands-Jardins
© Parc national des Grands-Jardins
Le parc des Grands-Jardins
Rue Saint-Jean-Baptiste

Rue Saint-Jean-Baptiste

Quand la « main » de Baie-Saint-Paul se pare de blanc, c’est le temps d’aller mettre un peu de poésie sous ses semelles. L’hiver, la rue Saint-Jean-Baptiste se fait plus belle que jamais pour dévoiler ses trésors et petits secrets. Entre cafés et galeries d’art, chocolaterie et microbrasserie, on se laisse prendre au jeu : on enfonce le bonnet, à nous les découvertes!

Pour prendre un bain de culture locale, rien de mieux que d’aller flâner du côté de la rue principale. Été comme hiver, la rue Saint-Jean-Baptiste est un incontournable. C’est toutefois dans la froidure de l’hiver qu’elle semble prendre toute sa poésie. Du pont de la rivière du Gouffre à celui de la rivière du Bras, la petite rue étroite s’étire sur deux kilomètres. C’est d’abord l’architecture des jolies maisons centenaires aux toits mansardés qui attire le regard du promeneur. Au fil des ans, plusieurs d’entres elles ont d’ailleurs été transformées en auberges, boutiques et restaurants. Ca ajoute au charme de la promenade.

Par où commencer? Parce que Baie-Saint-Paul est une capitale culturelle du Canada, on ne sera pas surpris de voir autant de galeries d’art se partager les vitrines de la micro-rue du village. Des peintres de renom et d’autres à découvrir y ont pignon sur rue. Selon certains, la rue Saint-Jean-Baptiste compterait même la plus forte concentration de galeries d’art au pied carré sur une même artère, au Canada. On poursuit son périple dans les cafés du coin qui souvent, prennent aussi des airs de galeries. La rue possède sa microbrasserie et ses chocolateries artisanales où on entre faire provisions ou se réchauffer un brin. Un peu plus loin, la cidrerie de l’Ile-aux-Coudres vous offre un petit remontant tandis que les boutiques déballent leur lot d’idées-cadeaux : des bas de laine du pays au savon d’ânesse en passant par la branche de coudrier ou le vêtement griffé, tout y passe. Un petit creux? La rue Saint-Jean-Baptiste regorge de bonnes adresses. Du panini au smoked-meat bien garni, du petit bistro sympathique à la table gastronomique, il y autant de façons de déguster le terroir local qu’il y a de raisons de filer rue Saint-Jean-Baptiste cet hiver. Attendez de voir son Marché de Noël !

Rue Saint-Jean-Baptiste
Rue Saint-Jean-Baptiste
Rue Saint-Jean-Baptiste
Le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul

Le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul

Baie-Saint-Paul est depuis longtemps une capitale culturelle où viennent s’inspirer des artistes d’ici et d’ailleurs. Dans les galeries, l’art contemporain ne se fait plus prier pour entrer ! Mais c’est à l’intérieur des murs du Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul qu’on pourra se rincer l’œil en grand. Saviez-vous que le Musée de Baie-Saint-Paul était le seul musée d’art contemporain installé en région ? Pas mal n’est-ce pas pour une ville de 7 800 habitants ! Il ne faudrait pas omettre de dire que chaque année, Charlevoix reçoit plus de 850 000 visiteurs dont plusieurs considèrent l’art comme…un art de vivre.

Le bâtiment de brique du Musée d’art contemporain est situé en plein cœur du quartier culturel. Attendez un peu de voir ce que le réputé architecte de Québec Pierre Thibault a fait de l’ancien cinéma Le Laurentien. Sa façade est dotée d’immenses pans de verre dans lesquels se reflète les clochers de l’église de Baie-Saint-Paul, sa voisine d’en face. Juste ça, c’est déjà wow. À l’intérieur, la dimension des salles – et leur contenu bien sûr – en jette. C’est dans la grande salle nommée à la mémoire de Françoise Labbé - fondatrice de la Corporation du Centre d’art, centre d’exposition d’envergure nationale consacré aux activités artistiques et culturelles de Charlevoix au milieu des années 80 - qu’ont lieu toutes les grandes expositions. On ne voudra pas rater Fenosa et Picasso, une amitié, l’incontournable expo de l’été présentée en première nord-américaine jusqu’au 6 novembre. Jusqu’à pareille date, on pourra aussi entrer voir l’exposition Oser voir autrement : Les grands collectionneurs III, une incursion phénoménale dans le monde des collectionneurs québécois.

En quête d’inspiration ? On plonge dans l’univers de la création en direct – chaque mois d’août depuis 34 ans – en visitant le Symposium international d’art contemporain. Cette année, l’événement reçoit 12 artistes contemporains du Québec, du Canada, des États-Unis, de France, de Suisse et du Sénégal. Le Symposium va même jusqu’à s’afficher sur le motif avec Le Sentier de l’Art, un parcours de photographies en 31 escales extérieures à travers la ville. Dynamique et totalement inspirant!

Le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul
Le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul
Le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul
La motoneige

La motoneige

Dans Charlevoix, la neige tombe chaque hiver en abondance. Les motoneigistes amateurs de grands espaces le savent et craquent pour Baie-Saint-Paul. Qu’on arrive avec son bolide ou qu’on loue sur place sa motoneige, c’est l’endroit parfait pour partir en mode découverte le long du Saint-Laurent, au cœur d’un arrière-pays inondé de lumière ou sur les sentiers traversant nos forêts majestueuses. Charlevoix, c’est 600 km de sentiers balisés et une multitude de possibilité de sortir des sentiers battus en optant pour une virée hors-piste en compagnie d’un guide.

Nos sentiers de motoneige sont reconnus pour être parmi les plus beaux de la province. Les options sont immenses, presque autant que le paysage. Saviez-vous que nos sentiers de motoneige relient Québec au Saguenay et à la Côte Nord ? Idéal pour un raid sportif haut en couleurs. On peut aussi opter pour une virée de quelques heures seulement, une belle façon de découvrir les paysages carte postale et les secrets bien gardés entourant Baie-Saint-Paul. Une sortie en motoneige est souvent la meilleure façon d’accéder à des secteurs autrement inaccessibles.

Profitez de votre séjour à Baie-Saint-Paul pour venir parfaire vos techniques de conduite sur et hors-piste avec des « coachs » expérimentés. Joignez l’utile à l’agréable en vous offrant des panoramas à couper le souffle le long du Saint-Laurent ou dans les belles prairies enneigées de l’arrière-pays. Et pourquoi ne pas ponctuer son escapade d’un arrêt gourmand chez nos amis producteurs du terroir ?

Rouler à Baie-Saint-Paul, c’est s’offrir le luxe de combiner sport et découverte dans un environnement où le paysage se donne chaque jour en spectacle.

La motoneige
La motoneige
La motoneige
Inspire dantan.winter
Baie-Saint-Paul,
les inspirations d'antan